Protocole PAEPS - Processus Amélioré et Education au Parcours de Soin

Vous allez être hospitalisé(e) dans notre établissement pour bénéficier d’une prothèse de hanche ou de genou ou encore pour une ligamentoplastie de genou et vous allez intégrer notre protocole de récupération rapide après chirurgie (protocole PAEPS) afin de récupérer une autonomie active le plus rapidement possible. Les procédures de réhabilitation améliorée après chirurgie sont un ensemble de mesures visant à réduire le stress (ou agression) chirurgical afin de rendre les suites opératoires moins compliquées, plus confortables et plus courtes.

Votre implication dans le parcours de soin est la clé de la réussite.

Votre récupération dépendra de votre état de santé, de votre motivation et de votre capacité à reprendre vos activités. La présence d’un « accompagnateur » est essentielle car il sera votre soutien et votre motivateur.
Votre rôle est majeur car vous êtes l’acteur principal de votre parcours de soin.

Nous allons vous aider à vous préparer physiquement et mentalement à votre intervention. N’hésitez pas à poser toutes les questions afin de dissiper vos craintes. L’ensemble de l’équipe est là pour vous répondre. Votre rôle sera d’anticiper vos besoins qui seront différents de ceux avant la chirurgie.

La réunion de préparation péri-opératoire à laquelle vous participerez avant l’intervention vous aidera dans l’organisation de l’avant et l’après chirurgie.

Vous serez impliqué(e) de la façon suivante :

Avant l’intervention

  • en ayant compris le principe de la procédure,
  • en s’engageant à participer activement,
  • en suivant les prescriptions,
  • en prenant toutes les mesures pour une sortie dès que les conditions sont réunies,
  • en intégrant le fait que ces procédures évitent un séjour inutilement prolongé augmentant le risque d’infections nosocomiales.

Du côté médical :

  • Jeûne moderne mis en place
  • Prémédication la veille de l’intervention non réalisée de manière courante. Si vous stressez par rapport à l’intervention (ce qui serait compréhensible), vous pourriez en discuter avec l’équipe et en parler lèvera une grande partie de votre stress

Après l’intervention et pendant le séjour à la clinique

  • en se levant le jour même de la chirurgie,
  • en suivant les prescriptions,
  • en participant au contrôle de la douleur,
  • en signalant tout évènement anormal.

Du côté médical :

  • La voie d’abord la moins agressive possible sera privilégiée, sauf contre-indication
  • En principe le chirurgien ne met pas (ou peu) de drain à la fin de l’intervention

Après la sortie de la clinique

  • en s’efforçant de retrouver dès que possible des activités habituelles,
  • en contactant le médecin traitant ou le chirurgien chaque fois que nécessaire,

Du côté médical :

  • Vous serez encouragé(e) à vous lever l’après-midi de l’intervention si votre état le permet.
  • Il vous sera proposé l’ingestion d’aliments très rapidement.
  • Dès que votre état de santé le permet et en l’absence de toute complication chirurgicale, la sortie sera envisagée.

La réunion de préparation

Dédiée aux patients, cette réunion est une rencontre d’information, d’éducation et d’enseignement dont l’objectif est de vous apporter l’ensemble des informations nécessaires à votre préparation et de vous permettre de clarifier vos questionnements et vos peurs. Cette réunion est animée par une infirmière et un kinésithérapeute. Vous serez maximum 8 participants par réunion avec leur accompagnant permettant un temps d’échange et de dialogue important.

La réunion comprendra plusieurs parties :

  1. présentation de la pathologie, introduction à la chirurgie, son déroulement et les suites immédiates
  2. check list sur le bilan pré opératoire et les ordonnances post-opératoires, conseil sur l’optimisation de votre santé
  3. les suites à la maison, planification de votre retour à domicile, les soins
  4. Prise en charge par les kinésithérapeutes, exercices d’auto rééducation
  5. Discussion et questions ouvertes après visionnage d’un film

Le jeune moderne

L’effet est de réduire le stress, empêcher un diabète relatif per-opératoire responsable d’une augmentation du risque infectieux et d’améliorer la prise en charge de la douleur.

Consulter notre Brochure PAEPS

contenu modifié le 29/04/2016